Inscription à la newsletter

Inauguration du local de campagne

Vendredi 21 Juin 2019

Discours de Jean-Claude VILLEMAIN, 8 juin 2019



Mesdames, Messieurs,
Mes chers concitoyens,
Chers amis,
Une fois de plus, nous repartons en campagne, une fois de plus non pas pour gagner contre quelqu’un car ce n’est pas un combat personnel, mais pour mettre en œuvre nos valeurs ; celles de la République.

Ces valeurs, que certains voudraient voir « foulées au pied » ; ces valeurs qui sont le ciment de notre République, de notre société.
Oui mes amis, la commune est le 1er niveau où peuvent grandir et se développer la Liberté, l’Egalité et la Fraternité. Sans ce 1er niveau communal, il leur serait difficile de s’épanouir, elles ressembleraient à des cultures hors-sol.
Depuis de nombreuses décennies, nous nous efforçons, à Creil, d’être ce laboratoire, ce lieu d’expérimentation sociale et républicaine. Depuis 2008, nous y avons rajouté l’écologie. Oui nous sommes dans la construction d’une société sociale républicaine et écologique.

Beaucoup reste à réaliser, mais beaucoup a été réalisé. Sans vouloir être exhaustif ni écrire un inventaire à la Prévert, regardons ce qui a changé à Creil, depuis 2008: la piscine, la passerelle Nelson Mandela, l’Ile Saint-Maurice, le Quartier Rouher, le taux d’effort, l’Espace Enfance Danielle Mitterrand, la ZAC de Gournay les usines, le projet social global, le rachat du lycée de Gournay, le parc Alata, les ateliers municipaux, sur le plan des labels ( l’obtention de 3 fleurs des villes et villages fleuris, les 3 libellules, le label « Ville sportive et ludique »), Creil Bords de l’Oise, le développement des C4 et du jeune chœur, la Maison de santé pluri-professionnelle, les maisons de quartier, les conseils citoyens, la participations citoyenne aux projets, le budget participatif, le conseil de la jeunesse creilloise, la coopération décentralisée, le complexe tennistique, l’EHPAD, 800 logements et pavillons lancés ou réalisés, le garage solidaire, l’école de la 2ème chance, l’école du numérique, Dépann’jeunes, la vidéo-surveillance, la brigade verte, l’augmentation des effectifs de la Police municipale, Creil Colors, la mise en sécurité des écoles, le projet associatif, la lutte contre l’habitat indigne.
…Et Prévert aurait rajouté... « Et toujours le même Maire ! »

Mais ce que nous proposons aujourd’hui, c’est «Ensemble, allons plus loin ».
Notre tâche n’est pas terminée, loin de là. Certaines opérations citées sont en cours de mise en œuvre, d’autres ne sont que des dossiers qu’il nous faut conduire à bon port et continuer à nous mobiliser afin qu’ils aboutissent car d’autres qui n’ont pas bougé le petit doigt, qui ont même combattu ces projets, sauront se les accaparer : le barreau ferroviaire Creil/Roissy Picardie, l’extension du Parc Alata, l’Ec’eau Port et son quartier (300 logements), Action Cœur de Ville, Gare Cœur d’agglo, des maisons de quartier aux Cavées, à Gournay, le CCAS, les Hauts-de-Creil, la réhabilitation du château et de Saint-Médard, le projet scientifique et culturel du Musée, le CCAS, le projet associatif, les modes de transport alternatifs, le projet lecture, les alternatives à la voiture, la maternité de Creil.
Il est une autre dimension de notre action, Creil est la 3ème ville de l’Oise. Elle est au cœur d’un bassin de vie de plus de 150 000 habitants. Cette situation nous donne des atouts mais nous confère aussi des responsabilités : celles d’une ville-centre, pourvoyeuse de services publics. Responsabilité qui s’exprime aussi dans le domaine environnemental. Les villes-centres doivent être innovantes en la matière : circuits-courts, transports en commun, mobilités douces, micro-mobilités, isolation et réhabilitation des logements, énergies renouvelables, lutte contre le gaspillage et les sources de pollution, la sauvegarde des espaces naturels, la résilience des friches et des centres-villes, le développement de l’économie partagée.
Cette qualité de ville centre, nous a obligés à prendre toutes nos responsabilités dans la fusion née de la loi NOTRé, qui a créé l’ACSO.

Ce que nous proposons aux Creillois à partir de 2020, c’est un projet politique selon 4 axes :

La société du partage, de la solidarité et de la responsabilité :
Cette société creilloise du partage que nous voulons développer a pour but de lutter contre l’égoïsme, l’individualisme et l’isolement. Notre responsabilité citoyenne s’exerce dans tous les domaines de la cité, tant dans le domaine de l’environnement en général que dans celui du cadre de vie, de la sécurité, de l’embellissement.
Chacun doit considérer le domaine collectif et public (parties communes des immeubles, les trottoirs, les voiries, les parcs…) comme un domaine partagé comme son « chez soi » que nous partageons avec la famille. Cette propriété collective est régie par des lois, des codes et des règles que chacun, chacune doit respecter sous peine de sanctions.
La collectivité est un outil d’égalité, elle permet une redistribution des moyens, elle est créatrice de droits et expression de devoirs. Elle est facteur d’équilibre en développant et en luttant pour plus de services.

La société de l’émancipation, de l’accomplissement de chacun et de tous :
Chacun doit, à un moment de sa vie, avoir les moyens de choisir son chemin, de bâtir sa vie, de se réaliser. Un citoyen peut mal démarrer dans sa vie, rater sa scolarité, son entrée dans le monde du travail, ne pas « trouver sa route », ne pas s’épanouir dans son environnement, la société de l’émancipation que nous voulons, doit lui apporter une 2ème chance (voire une 3ème), doit l’aider à trouver sa voie, à choisir son destin.
Il est des domaines qui concourent à l’accomplissement de chacun. Tout citoyen a le droit de découvrir tout au long de sa vie de nouveaux horizons. C’est cette société de la découverte que nous pensons possible à Creil.

La société de l’expression citoyenne et du construire ensemble :
Notre démocratie s’est construite sur la délégation, la représentation, nous voulons rééquilibrer pour aller vers une démocratie plus participative, plus directe. Le rôle des élus est important dans la gestion politique de la société mais ceux-ci ne doivent pas être coupés des citoyens, comme le disait Mao Tse Toung : « ils doivent être comme des poissons dans l’eau ». Bien sûr, les comptes rendus à mi-mandat ou annuels sont essentiels à la démocratie mais il est devenu vital pour notre société que l’élaboration du projet et tout au long de sa mise en œuvre, les citoyens puissent intervenir, être informés. Notre démocratie participative doit évoluer par étapes vers une démocratie de la décision partagée, tout en respectant les responsabilités de chacun puisque certains (les élus) sont comptables de leur action devant l’ensemble des citoyens d’une ville et ont été désignés pour cela.

La société de l’économie au service du développement des hommes et du territoire :
Le développement économique que nous souhaitons doit être respectueux de notre territoire et de ses habitants. Notre territoire crée de plus en plus de richesses. Les années de la désindustrialisation sont derrière nous grâce à l’action passée mais leurs effets négatifs sont toujours présents. Nous voulons les effacer, tendre vers le plein emploi, favoriser la mobilité professionnelle.
Nous avons besoin d’entreprises tertiaires, de services, de « start up » mais nous avons aussi et surtout besoin d’industries. Il serait illusoire de penser que l’industrie n’appartient qu’au passé dans notre territoire. Il n’en est rien, bien au contraire, elle a pris (et elle continuera à la faire) des formes nouvelles.
Nous devons aider le monde de l’entreprise à se régénérer, à muer, à innover ; bien sûr la responsabilité première en revient aux entrepreneurs mais nous devons mettre en place les conditions favorables, les accompagner sur ce chemin de l’innovation entrepreneuriale.

Ce projet est plus qu’un programme électoral, c’est un projet creillois pour une société qui sait d’où elle vient et qui veut construire son avenir avec et pour ses enfants, pas à pas.
Oui certains trouvent que nous n’allons pas assez vite.
Oui, certains râlent contre les papiers laissés sur les trottoirs, photographient les dépôts sauvages, ils oublient volontairement les 600 tonnes de déchets ramassées par les services municipaux sur la voie publique.
Oui, certains peuvent s’offusquer des épaves automobiles qui squattent nos parkings, sans parler des 267 épaves ramassées depuis le début de cette année.
Oui certains peuvent dénigrer Creil, à longueur de temps et de réseaux sociaux, ils oublient que ces réseaux sont ouverts à tout le monde et que par leur attitude, ils renforcent nos détracteurs, ils découragent des investisseurs potentiels, ils participent à la stigmatisation de notre ville.

Je vous le dis aujourd’hui, ces gens-là n’ont pas leur place ici, dans cet atelier des ambitions partagées, ils n’ont pas leur place parmi nous. Ils sont bien là où ils sont et les Creillois les y laisseront.
Nous qui aimons Creil, nous savons ses défauts, nous qui défendons Creil nous parlons de ses atouts, nous qui travaillons pour Creil nous voulons parler du présent mais surtout de l’avenir. Nous avons un lieu pour nous rassembler, un atelier pour travailler ensemble, une maison pour décider ensemble, une agora pour accueillir les Creilloises et les Creillois. Mais nous devons aussi aller au-devant de nos concitoyens, c’est pour cela que nous avons un « urban car » qui sillonnera les quartiers pour rencontrer les Creillois.
Quand j’emploie le mot « ensemble », cela concerne tous ceux et celles qui se reconnaissent dans ce que je viens de dire et qui se reconnaissent dans une société sociale, républicaine et écologique. Des contacts ont été d’ores et déjà pris avec les uns et les autres. Rassembler est une de nos ambitions.
Nos ambitions, nous devons les partager, les faires vivre, alors, « ensemble, allons plus loin ». Merci pour votre attention