Inscription à la newsletter

Des mesures pour améliorer le quotidien.

Samedi 20 Novembre 2021


Par Najat MOUSSATEN

Le monde d’après, nous y sommes… à peu près… à l’aube d’une énième vague… la cinquième… Durant les deux premiers confinements, nous prenions tous de grandes résolutions, écologiques en voyant la nature reprendre ses droits, humanistes (tous ensembles… merci aux soignants, merci aux caissiers, éboueurs ect ect… les gens au premier rang de lutte contre cette pandémie mondiale…) et depuis ? Tout est retombé comme un soufflé et nous dans nos travers… L’humain..

Il faut dire que nous ne sommes pas aidés. Les médias éructent en permanence la haine de l’autre, en mettant en avant des nostalgiques de Pétain qui dictent le baromètre politique d’extrême droite mais également de droite et ces discours de rejet deviennent normalisés…
L’immigration, donc grand sujet du débat présidentiel actuel…. Alors que les préoccupations des français sont tournées à raison vers la santé (déserts médicaux, Hôpitaux publics asphyxiés…) l’emploi mais également et surtout, l’inflation et le pouvoir d’achat.

L’inflation progresse, les salaires stagnent…

Les prix grimpent… Matières premières alimentaires, industrielles…. Nous dépendons tellement des importations que nous ne pouvons vraiment lutter sans réelle mise en place d’un plan de réindustrialisation massif.

Ce que nous pouvons attendre vainement avec le pouvoir en place qui tient un discours de reconquête industrielle par le biais de pompeux courts métrages à la gloire du président sortant candidat à sa succession tout en bradant à tour de bras l’industrie de pointe française.
Pendant ce temps-là, les prix de l’énergie explosent, les carburants, l’électricité, le gaz… Certains doivent choisir entre se nourrir ou se chauffer, le terme de précarité énergétique est désormais de notoriété publique.

La réponse du Gouvernement ? Mais non, les Français se trompent, il y’a une hausse du pouvoir d’achat martèle-t-il à des citoyens interloqués et qui comptent de plus en plus chaque euro pour ne pas débuter le mois dans le rouge, quand à le finir, c’est une autre histoire…

Un gouvernement déconnecté, qui propose une mesurette, un chèque carburant de 100 euros annuels, aumône qui par ailleurs vient d’être retoquée par le Sénat. Motif ? Trop couteux… Etonnant.. La suppression de l’ISF n’avait pas rencontré la même résistance, nos notables de droite choisissent leurs combats…

La candidate de gauche socialiste Anne Hidalgo a été la seule à proposer une baisse du taux de prélèvement de l’état sur les carburants qui culmine allègrement à près de 70% par litre…

Tollé dans le gouvernement, impensable, infaisable… Tout comme l’alignement des salaires des enseignants sur leurs collègues européens…
Des mesures jugées ubuesques, alors qu’elles relèvent du simple bon sens.

Alors à nous de choisir, oui à la renationalisation des énergies, oui à la réindustrialisation de la France et oui au maintien et à l’expansion des services publics, de véritables mesures qui auront un impact clair sur l’amélioration des conditions de vie du plus grand nombre et pas seulement du microcosme de milliardaires proches du toujours banquier Macron.

A gauche toute !